Portrait d'employée: Michelle L.F | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Bota Bota

Portrait d’employée: Michelle L.F.

Ce portrait s’inscrit dans une série que nous réalisons chaque mois, afin de célébrer la pluralité et l’inclusion que le Bota Bota souhaite continuer à promouvoir.

« J’ai mis un jeans pour cette entrevue ! J’avais tellement hâte ! », avoue Michelle L. F., agente hospitalité et réservations au Bota Bota depuis 3 ans. À l’autre bout du combiné, son enthousiasme est palpable et son humour tout autant.

Originaire de la Basse-Côte-Nord du Québec, Michelle grandit dans une petite ville de la région jusqu’à ses 17 ans. « Parce que nous étions isolés, nous n’avions pas beaucoup de cours d’art. C’est en classe d’anglais que j’ai appris à connaître le théâtre. » Puisqu’il n’existe pas de cours de théâtre, Michelle trouve d’autres façons de s’exprimer. « Il m’est arrivé de faire les annonces matinales à l’interphone de l’école », se souvient-elle dans un rire.

En 2007, elle s’installe à Montréal et fréquente le CEGEP Dawson. « Quand on a 17 ans, on pense être invincible, que tout nous sera donné. », explique Michelle. À ses yeux, le chemin vers Los Angeles et sa carrière rêvée d’actrice est simple et déjà tracé. « La réalité m’a frappée de plein fouet. Mon objectif à 17 ans était de devenir actrice, mais maintenant à 30 ans, mes objectifs ont changé. Je ne suis pas là où je pensais être. »

Aujourd’hui, Michelle se cherche, préoccupée par son identité d’actrice. Elle revisite cependant avec bienveillance ses rôles passés. « J’ai eu la chance d’être figurante dans le film Arrival de Denis Villeneuve. J’étais une infirmière-soldate aux côtés d’Amy Adams. Je me suis rendu compte que ma scène avait été coupée au montage », indique-t-elle avec un sourire dans la voix. Une surprise quelque peu décevante, mais une expérience si enrichissante à ses yeux. « C’était vraiment bien de se faire diriger par Denis Villeneuve ! Un peu comme gagner à la loterie. »

Sa dernière pièce de théâtre Clean Slate (« Table rase ») demeure une belle réussite.

« Je me sens toujours récompensée quand les gens disent que mes rôles les ont touchés. C’était le cas avec ma dernière pièce. » Celle-ci retrace l’histoire de 6 amies d’enfance qui se réunissent dans un chalet. « Elles y sont pour une raison particulière, l’une d’entre elles est en phase terminale, c’est leur dernier moment ensemble. Au premier abord, elles n’ont rien d’exceptionnel, mais on se rend compte petit à petit qu’elles ont beaucoup de profondeur », explique Michelle. Une expérience très stimulante et émotionnelle, qui aura valu à l’équipe un prix « Outstanding Ensemble » au META (Montreal English Theater Awards) dont ils peuvent être fiers.

Faire table rase, c’est finalement ce que Michelle fait aujourd’hui. Elle se libère de ses étiquettes et se réapproprie son identité, un rire à la fois.