Portrait d'employée: Elizabeth M. | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Visites sans rendez-vous acceptées pour le circuit d’eaux, mais réservations fortement recommandées en période achalandée, notamment le samedi.

Bota Bota

Portrait d’employée: Elizabeth M.

Ce portrait s’inscrit dans une série que nous réalisons chaque mois, afin de célébrer la pluralité et l’inclusion que le Bota Bota souhaite continuer à promouvoir.

« Ce que j’aime de ma communauté c’est qu’elle rassemble les gens », m’explique Elizabeth, Superviseure hospitalité, au Bota Bota depuis 4 ans. Née à Montréal, de parents Portugais des Açores, elle chérie énormément sa culture et tout ce qui en découle. « Nous avons toujours une raison de faire la fête », me dit-elle avec un sourire dans la voix. « Elle rythme nos vies et nous permet de nous retrouver. »

Elle navigue sa double nationalité avec beaucoup d’amour et de bienveillance. « Je me sens québécoise mais lorsqu’on me demande mon origine je dis que je suis portugaise. Ma langue maternelle est d’ailleurs le Portugais ! ». Elle chante souvent avec son père, lui-même très actif dans la communauté de son pays à Montréal.

Le chant détient d’ailleurs une place primordiale dans la vie d’Élisabeth, « C’est la meilleure séance de méditation ! La respiration, c’est important lorsqu’on chante, ça me fait relaxer ».  Le théâtre musical, un de ses grands amours, lui permet de faire partie d’une communauté de plus dans laquelle elle adore s’exprimer, rencontrer des gens de tous horizons. « On finit tous par ce connaître, on est passionnés, on y met du cœur. »

De premier abord plutôt discrète, Elizabeth surprend par les nombreux détails qui illustrent sa vie. Certains sont étonnés par le timbre de sa voix lorsqu’elle chante, et d’autres d’apprendre qu’elle a une (fausse) sœur jumelle. « Nous avons des personnalités différentes, mais on se ressemble beaucoup; la façon dont on parle, on rit vraiment de tout. » Ensemble de la maternelle au secondaire, c’est au CEGEP qu’elles décident de chacune prendre un chemin propre à leurs envies. « On n’avait pas vraiment encore développé notre personnalité. Ça a été important pour nous », se remémore-t-elle.

Elizabeth explore encore aujourd’hui ses multiples facettes. De ses formations plutôt concentrées dans l’art visuel et design d’intérieur, elle découvre non sans appétit le monde de la gestion au Bota Bota. Un changement de son précédent emploi en tant que photographe indépendante à temps plein pendant 2 ans.  

Le Bota Bota lui apporte une certaine stabilité qu’elle ne retrouvait pas en travaillant à contrat. En plus de travailler avec des équipes composées d’une variété de personnes différentes, elle découvre des nouvelles habiletés professionnelles. « Je ne m’attendais vraiment pas à aller en gestion, mais j’adore ça et j’apprends beaucoup. L’art sera toujours dans ma vie et je ne me ferme pas à l’idée que ça puisse reprendre le dessus éventuellement. Je ne ferme pas cette porte, mais j’apprends encore ! »

Autres articles
Bota Bota
Portrait d'employée: Hamida L.
Psychologie
Défaire notre rapport à la nourriture avec Cassandra Cacheiro
VOIR PLUS D'ARTICLES