Portrait d'employé: Alex P-R. | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Bota Bota

Portrait d’employé: Alex P-R.

« Par où est ce que je commence…? » Alex P-R., agent à l’hospitalié au Bota Bota depuis 3 ans laisse échapper un rire nerveux. Sa vie, c’est un amoncellement d’émotions. Empathique par nature, il prend chaque aventure avec cœur, une soif constante d’améliorer le quotidien de ceux qui croisent son chemin.   

Natif de Mont-Tremblant, c’est à 21 ans qu’il s’installe à Montréal. « Je l’ai fait pour changer de vie ». Musicien, la grande ville lui offre une plus grande diversité d’opportunités, une meilleure plateforme pour s’exprimer, ainsi qu’une culture plus vivante.

 Son groupe de musique, Ocean Drive, est un groupe de Hardcore, un dérivé du Métal. « Il y a un aspect émotionnel en arrière-plan du Hardcore. Les paroles sont lourdes de sens, elles parlent souvent d’anxiété, de stress, de personnes qui ont vécues des choses difficiles. » Alex grandi avec des personnes dépendantes, notamment aux drogues et à l’alcool, et en perd certaines aux griffes de ces addictions. « Cette musique-là me parle. Elle dénonce ce qui est politique… Il faut aimer le genre », ajoute-t-il un sourire dans la voix. Batteur dans son groupe, il fait raisonner cette poésie sombre au rythme des baguettes qu’il apprivoise depuis l’âge de 15 ans.

En plus de son emploi au Bota Bota et de sa passion en musique, Alex entreprend des études en Intervention de Délinquance. « Je ne consomme pas d’alcool ni de drogues dans ma vie, cette décision a toujours été le pilier de ma vie. » Explique-t-il. Entouré de personnes fragiles dans son entourage, il se rend compte très jeune qu’il n’a pas les outils pour les aider à sortir de ces addictions. Aujourd’hui, il reprend le contrôle sur son histoire, en aidant ceux dans le besoin. « Je veux être présent pour les jeunes, afin de les aider à avoir une meilleure vision du futur ». Mentor en devenir, il espère pouvoir offrir une seconde chance à la vie aux adolescents victimes de l’inégalité des chances.

Il s’adonne aussi à la photographie et aux arts martiaux à son temps perdu. « Je fais vraiment trop de choses dans la vie », avoue-t-il « Mais ça fait de moi qui je suis », conclut-il avec une étonnante sagesse.

Autres articles
Bota Bota
Portrait d'employée: Maxine V.
Bota Bota
Portrait employée : Florence C-P.
VOIR PLUS D'ARTICLES