| Bota Bota, spa-sur-l'eau

Bota Bota

Journée de bénévolat: nettoyage du Saint-Laurent

Le fleuve du Saint Laurent s’orchestre comme un lieu de refuge inédit. Il accueille à bras ouverts le Bota Bota et ses passagers qui, chaque jour, profitent de son tempérament variable, au fil des saisons. Bien qu’il prenne soin de nous, nous nous devons aussi de prendre soin de lui. C’est par une chaude et humide matinée de juin que plusieurs matelots se sont retrouvés sur les berges du canal Lachine, accompagnés par la brillante Nathalie Lasselin et son équipe afin de nettoyer les berges du fleuve, pour quelques heures de bénévolat.

Nathalie n’est pas une étrangère au Bota Bota. En 2022, elle offre son temps et son savoir au balado Point d’Écoute et nourrit une conversation pleine de ressources au micro de Constance Carpanèse, cheffe de marque à bord. 

Forte de son expérience en eaux sauvage, celles du Saint-Laurent n’ont presque plus de secrets pour elle. Seul un mystère persiste : le lâcher-prise total des humains qui laissent leurs ordures trainer tout le long du fleuve.

 À 8h du matin, alors que les membres du Bota Bota se rassemblent sur le parking, Nathalie présente ses acolytes sur place. Certains seront présents pour la récolte de déchets sur terre, et d’autres enfileront leur combinaison pour pêcher les ordures dans l’eau. À la disposition de tous se trouvent des gants, des sceaux et des pinces pour faciliter le tout.

Personne ne sait vraiment à quoi s’attendre en termes de quantité, mais une chose est sûre, les plus petits éléments sont les plus importants. Les mégots de cigarettes demeurent la bête noire de Nathalie.

Armé de courage et de café, chacun se dirige vers un espace à nettoyer. Rapidement, les canettes, bouts de plastiques, verres en carton, morceaux de goudrons, seringues et mégots s’amoncellent. Une fois les sceaux remplis, ceux-ci sont pesés et documentés avant d’être triés dans les poubelles publiques du secteur.

En amont de ces activités de bénévolat, Nathalie prévient les travaux publics de l’arrondissement, car certaines découvertes peuvent être très encombrantes. Et pour cause, repêchée des eaux ce matin-là : plusieurs clôtures en métal et une poubelle à roues déjà adoptées par les crustacés du coin.

215 kg plus tard, la collecte se termine. Les mines sont heureuses, une journée de bénévolat est toujours un agréable moment pour tisser de nouveaux liens avec ses collègues. Les cœurs sont quant à eux un peu plus sombres, face à la quantité astronomique de déchets retrouvés.

Les mégots étaient effectivement en grand nombre, mais la surprise de la journée aura été les centaines de confettis roses dispersés par le vent, à la suite de ce qui aurait très bien pu être une fête de révélation du genre. C’est ce que l’on appelle naître avec une dette environnementale envers la planète.

Le fleuve du Saint-Laurent est un atout précieux pour Montréal et ses environs. 80% de l’eau du robinet provient de ce lieu inédit qui héberge aussi une faune et une flore fascinante.

Rien n’est parfait, et ces actions sont lourdes en compromis, Nathalie en est bien consciente. Mais ces activités de bénévolat sont nécessaires, voire vitales au bien-être du fleuve.  

Pour en savoir plus sur les activités de bénévolat de nettoyage de berges: https://aquasubterra.org/actions/nettoyages-uwo/