Détente

Profil : L’équipe Bota Bota – La Relève

Bota Bota est fière de commanditer l’équipe féminine de canot à glace Bota Bota – La Relève. L’équipe sera à Montréal le 23 février pour le Défi canot à glace de Montréal et nous avons rencontré ces cinq jeunes athlètes pour discuter de ce sport extrème qui a le fleuve pour champ de pratique. 

Anne-Sophie Corriveau (avant bâbord) Sarah Boudreau-Turpin (avant tribord) Dominique Bernard (arrière babord) Dominique Laliberté (arrière tribord) Marianne Biron-Hudon (barreur)


1. Comment est né le canot à glace ? 

Les premiers canots à glace à traverser le fleuve Saint-Laurent l’ont fait au XVIIe siècle. À l’époque, les canots à glace étaient le seul moyen de voyager entre Québec et Lévis en saison hivernale. Ils transportaient alors courriers et marchandises. C’est en 1894 que les canots se mêlent à la compétition sportive pour la première fois. À partir de 1955, conjointement à la renaissance du Carnaval de Québec, les courses deviennent des classiques réorganisés année après année. Il faudra attendre jusqu’en 1987 pour voir des équipages entièrement féminins affronter les glaces.

2. Y a-t-il un regain de popularité pour ce sport?

On peut dire que les adeptes de ce sport sont effectivement de plus en plus présents dans la région. À chaque année, le nombre d’équipes participant à la Coupe des glaces augmente. En effet, le circuit reste accessible pour de nouvelles équipes, comme la notre, qui désirent prendre part à l’expérience.

3. Qui peut faire du canot à glace? 

Le circuit est ouvert à tous. Bien entendu, les conditions difficiles de pratique du sport agissent à titre de « sélection naturelle ».

Il faut premièrement avoir une certaine forme physique permettant l’intensité nécessaire pour déplacer le canot du point A au point B en affrontant, courant, relief de glace, vent, température, etc. De plus, il faut avoir beaucoup de temps à mettre dans la pratique de son sport.

Pour le reste, ce n’est que le goût du dépassement de soi et l’acquisition d’expérience au fil des années qui font du canot à glace une activité accessible et très agréable !

4. Quel genre de discipline est requise pour avoir du succès dans ce sport? 

À notre avis, pour avoir du succès en canot à glace, il faut d’abord que l’équipe ait une bonne cohésion. En effet, pour diriger et faire avancer le canot, il faut que les cinq coéquipières sachent travailler ensemble. Ce sont les nombreuses heures d’entraînement qui permettent de créer cette synergie au sein de l’équipe.

5. À quelle fréquence sont les entrainements?

Nous avons commencé les entrainements de rames en septembre dernier à raison de 2 fois par semaine. C’était aussi le moment pour nous de nous mettre en forme donc nous ajoutions à cela nos entrainements personnels. Depuis que la glace est arrivée sur le fleuve, nous pratiquons beaucoup ! Nous avons la chance d’avoir beaucoup de disponibilités communes. C’est pourquoi durant le temps des fêtes nous pratiquions sur le fleuve 5, voir 6 fois semaines. De retour à l’université, la fréquence de nos entrainements baisse maintenant de moitié pour nous permettre d’être en pleine forme pour chaque course qui ont lieu chaque semaine.

6. Comment l’équipe se prépare-t-elle avant une compétition? Que faites-vous pour vous détendre?

La préparation avant-course est un élément très important, même primordial qui affecte sans aucun doute les résultats obtenus. L’entière préparation commence bien au-delà de la journée avant la course. Elle débute plusieurs mois avant celle-ci. Néanmoins, la clé du succès, que ce soit lors d’un exposé, d’un voyage ou d’une course de canot à glace, c’est d’être PARFAITEMENT prête. Il est inévitable de ressentir un certain stress quelques heures avant d’entendre le klaxon de départ. Certaines préfèrent écouter de la musique et se détendre, d’autres aiment rire et raconter des stupidités pour penser à autre chose. Certaines observent les adversaires et d’autres se consacrent à la visualisation. L’important est que chacune trouve son moyen d’être parfaitement prête, en ayant tout son équipement, en ayant mangé les bons aliments et en essayant d’être détendue à sa manière.

7. Quelle est votre relation avec le fleuve? Est-ce que toute l’équipe était amoureuse de l’eau avant de commencer à pratiquer le canot à glace?

Notre passion pour le canot à glace vient autant de la beauté du fleuve que de l’adversité que peut présenter le fleuve lors d’une sortie…Bien que plusieurs des filles de l’équipe Bota Bota La Relève ont un passé nautique, que ce soit entre le canot de rivière, le kayak ou encore la voile, rien n’est comparable à la pratique du canot à glace et la passion que sa pratique développe. La plupart des Québécois diront que le fleuve Saint-Laurent est magnifique et que nous sommes privilégiés de vivre dans un tel décor. Une équipe de canot à glace ajouterait que c’est un privilège quasi unique que de pouvoir en faire «partie» à l’aide d’une petite embarcation de fibre de verre !