Portrait d'employé : Élodie F. | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Bota Bota

Portrait d’employé : Élodie F.

Ce portrait s’inscrit dans une série que nous réalisons chaque mois, afin de célébrer la pluralité et l’inclusion que le Bota Bota souhaite continuer à promouvoir.

L’eau, c’est l’élément d’Élodie. De sa côte basque natale au Québec, elle a vu en l’océan un trait d’union plus qu’un obstacle. À bord du Bota Bota, elle fait de son quotidien un voyage immobile.

C’est à Biarritz que nait l’intérêt d’Élodie pour le bien-être, au cours d’un stage dans un complexe de thalassothérapie. Au sein du Sofitel Miramar, solidement arrimé au remblai de la plage éponyme et dont la forme rappelle la poupe d’un paquebot, elle découvre les vertus de l’hydrothérapie, « j’ai tout de suite su que je ferai du bien-être mon métier » se souvient-elle.

Formée aux métiers de l’esthétique, Élodie s’enrichit d’expériences professionnelles en institut de beauté et en pharmacie en France. Puis en 2019, avec celui qui partage sa vie, elle met le cap sur Montréal pour vivre une nouvelle aventure et découvrir des horizons inexplorés, « nous avons beaucoup parcouru le Québec et l’Ontario avant de nous établir à Montréal ».

Alors qu’ils pensaient ne rester au Canada que provisoirement, Élodie et son conjoint sont tombés en amour de la belle province, « avec les opportunités d’emploi et la qualité de vie que l’on trouve ici, il n’était plus question d’un retour immédiat en France ! ».

Installés sur le Plateau, Élodie et son conjoint retrouvent une vie de quartier tantôt animée, tantôt paisible. « C’est la vie urbaine que je rêvais de vivre un jour dans une grande ville comme Paris, avec en prime la douceur de vivre et la quiétude qu’offre Montréal ».

Ce qui manque le plus à Élodie ? La danse ! Élodie danse depuis son plus jeune âge. En 18 ans de pratique, à raison de trois entrainements par semaine et des galas en public, Élodie excelle en modern jazz et en step chorégraphié. « Une activité qui me permet de m’évader et de me défouler », mais aussi une école de la rigueur et du perfectionnisme où Élodie apprend à connaitre son corps et la synchronicité des mouvements. Avec la réouverture prochaine des écoles de danses, elle compte bien renouer avec sa passion de toujours. Pas de doute, sur les planchers, comme au Bota Bota, Élodie est une étoile montante !