Voyager local: Rencontre avec Aurore Lefèvre, illustratrice | Bota Bota, spa-sur-l'eau

À partir du 15 décembre, une preuve vaccinale sera obligatoire à bord.

Arts

Voyager local: Rencontre avec Aurore Lefèvre, illustratrice

Dans le cadre de notre campagne estivale en ce mois d’août 2020, nous ouvrons notre regard, élargissons notre horizon et offrons à notre imagination un chemin sans limites. Aujourd’hui, le Bota Bota plonge dans l’illustration, avec les créations de l’artiste Aurore Lefèvre. Une invitation à un monde coloré où la réalité et l’imaginaire s’assemblent et se miroitent en une danse floue. Le voyage s’effectue dans l’esprit, les pensées libérées s’envolent en un rassemblement épuré d’oiseaux.

Rencontre avec l’illustratrice de cette campagne.

Crédit photo: Hélène TRAN

D’où viens-tu?

« Je viens de Bretagne, la région tout à l’ouest de la France. Une région où la mer, la pluie et le vent rythment la vie des gens. Mais j’adore ma région ! »

Depuis combien de temps habites-tu à Montréal ? Qu’est-ce qui t’a amené ici ?

« Je suis arrivée avec mon chum il y a 5 ans. Notre projet à la base était de vivre une année complète au Canada, en traversant le pays d’Est en Ouest. On a atterri à Montréal qui nous a tellement plu qu’on ne l’a plus jamais quittée! »

Depuis combien de temps es-tu illustratrice / designer graphique ?

« J’ai toujours fait de l’illustration à côté de ma job de designer graphique, commencée il y a maintenant 11 ans. Je me suis lancée à 100% dans l’illustration il y a 1 an. C’était un pari fou que je ne regrette absolument pas! »

Qu’est ce qui t’a donné l’envie de devenir illustratrice / designer graphique ?

« Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours dessiné. Je ne me suis jamais arrêtée. Alors quand j’ai dû choisir quelles études je devais faire, je n’ai même pas envisagé autre chose que des études d’art. Rien d’autre ne m’aurait motivée autant.

Et ce qui m’inspire le plus, ce sont les gens. J’observe tout le monde, tout le temps. La gestuelle, les attitudes, les expressions,… mon but quand je commence une illustration est de retranscrire au plus près ce que j’ai dans la tête. »

Qu’as-tu aimé dans le projet d’illustration du Bota Bota ?

« En tant que créatifs, on doit se mettre à la place de « la cible », c’est-à-dire du monde qui va être touché par le visuel/la campagne sur laquelle on travail. Ce que j’ai aimé sur ce projet, c’est que la cible, c’était moi. Je suis exactement le type de personne que cette campagne vise. De plus, il fallait faire appel à l’imaginaire des gens, donc ne pas être trop rationnelle et terre-à-terre. Ce genre de brief est un bonheur! Et pour finir, le Bota Bota est ma place préférée à Montréal! C’est un endroit très inspirant pour la créative que je suis. »

Que signifie « Voyager Local » pour toi ?

« Pour moi, ça veut dire aller se perdre tout près de chez soi, à quelques kilomètres, et vivre une aventure aussi folle que si on était parti à l’autre bout du monde! Voyager ne veut pas dire « partir loin », ça veut dire changer d’air, s’évader. Et c’est bien plus accessible qu’on ne le pense ! »

Quelle est ton installation favorite au Bota Bota ?

« J’adore les bains extérieurs: ceux de la grande terrasse d’été et aussi le bain chaud à l’arrière de la péniche qui donne sur tout le Vieux-Port. Je pourrais passer des heures entre ces 2 endroits. »

Où peut-on retrouver tes créations ?

Un mot de fin ?  

« Il faudrait essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple. » – Jacques Prévert

« Et un grand merci au Bota Bota et à l’agence Dada pour leur confiance sur ce très beau projet. »