Bota Bota

Le Bota Bota au CHUM

Chaque année durant le temps des fêtes, les employés du Bota Bota s’investissent au sein de plusieurs organisations, afin de donner de leur temps bénévolement.

Le 19ème étage du CHUM offre une vue spectaculaire de la ville en ce 5 décembre 2018. Une fine couche de neige fraiche est venue habiller les trottoirs et les toits, parant Montréal de sa plus belle robe blanche.

Nous sommes accueillis à l’étage de pneumologie ou 4 de nos massothérapeutes vont offrir bénévolement pendant quelques heures, des massages auprès de patients hospitalisés, atteints de Fibrose Kystique.

L’étage, tout comme le bâtiment qui l’abrite, est neuf, grand, lumineux. Il y règne une atmosphère de calme, qui donne envie de chuchoter, comme on le ferait dans un lieu de recueillement. Un à un, les massothérapeutes se font assigner une chambre et se glissent au travers de la porte, après avoir enfilé une blouse, des gants et un masque de protection.

La Fibrose Kystique est la maladie mortelle la plus répandue chez les enfants et les jeunes adultes canadiens. Les personnes atteintes sont touchées au niveau du système digestif mais aussi pulmonaire. Bien que la maladie et son évolution soient différentes pour chaque patient, les infections pulmonaires en continu sont la principale cause de décès.

Je m’assois quelques minutes avec Geneviève et George, tous les deux physiothérapeutes à l’étage. Ils sont des personnages importants dans la grande histoire de la Fibrose Kystique : au chevet des patients, ils alimentent tous les jours un discours autour du bien-être et du dépassement de soi.

La pièce dans laquelle nous nous installons est éclairée par des néons, quelques chaises à roulettes sans domicile fixe se tournent le dos. Malgré l’ambiance quelque peu froide de celle-ci, une chaleur intérieure m’anime. Geneviève est détendue, elle répond à mes questions avec une assurance que je lui ignorais. George, plus discret, ponctue ses phrases avec son accent aux « R » qui roulent sur sa langue.

Nous parlons de leur présence, leur travail sur place et sa particularité, qui vont bien au-delà d’une simple séance de physiothérapie.
« Avec le temps, nous devenons des visages familiers auprès des patients. Cela aide au niveau de l’acte thérapeutique mais aussi concernant la confiance qu’ils nous portent ». Cette confiance est au cœur de leur relation; parler de toilette bronchique ou d’un programme d’exercice dédié est une conversation qui se doit d’être attentionnée, car parfois difficile à entendre.

Tout comme la physiothérapie, les massages portent des bénéfices qui vont bien plus loin que quelques étirements. « Les patients sont généralement anxieux et il est certain que cette détente doit les aider. Des moments comme ceux-ci leur apportent un apaisement mais aussi un renouvèlement d’énergie qui aura un impact sur le long terme. Leur motivation sera plus importante lorsqu’on reviendra les voir. Nous pourrons aller plus loin avec eux. »

Les petits yeux cernés de Caroline, 39 ans, en disent long sur le massage d’une heure qu’elle vient de recevoir. Hospitalisée aux trois mois, sa légèreté surprend, émerveille. Elle est une des nombreuses patientes à avoir pu bénéficier de massages offerts à l’Hôtel Dieu avant la construction du CHUM. George m’explique que malheureusement, ce service n’est plus offert, par manque de ressources disponibles au service de bénévolat, animation et loisirs.

Les massages terminés, nous nous retrouvons, émus, heureux, drainés. Thibault, notre photographe, me raconte le calme et l’énergie si particulière dans chaque chambre. Les massothérapeutes eux, me content le massage 4 mains qu’ils ont pu effectuer et les soins offerts à une patiente de Fibrose Kystique, enceinte de son premier enfant.

Les portes du CHUM se referment en cette journée internationale des bénévoles, une coïncidence qui fait sourire par sa beauté. Les derniers mots de George résonnent encore dans ma tête : « Dans le futur, j’aimerais qu’on se souvienne que la personne au cœur de tout est le patient- il s’agit d’être le plus holistique possible dans notre façon de le traiter ».


Pour en savoir plus sur la Fibrose Kystique, visitez: www.fibrosekystique.ca
Pour faire un don, visitez: www.fibrosekystique.ca/quebec/donnez

Un merci tout particulier à l’équipe du CHUM présente sur place et Thibault Carron, notre photographe ce jour-là.