LA VéNUS

ARTS

-avril 17, 2018-

Notre mère est souvent notre premier modèle. Enfant, nous l’admirons, nous la trouve belle et forte, nous aspirons à lui ressembler. Nous recherchons sa chaleur, son approbation, son réconfort. Nous aimons la façon dont elle semble n’avoir peur de rien, et encore aujourd’hui, même s’il nous pèse parfois de l’admettre, il faut avouer qu’elle a toujours un peu raison, elle qui nous a tricoté et nous regarde aller depuis si longtemps.

Notre mère incarne aussi l’amour dans sa forme la plus pure. Intense et unique dès la première rencontre, cet amour se bonifie sans cesse au fil du temps, s’enrichissant des moments les plus anodins comme de toutes ces premières fois ordinaires et grandioses à la fois. Toujours enveloppés de cet amour, nous évoluons, nous faisons des erreurs qui nous font grandir et nous poursuivons notre découverte du monde, forts de cette présence réconfortante et indispensable.

Plus tard, tous ces moments partagés revêtent une importance toute particulière. Leur souvenir nous accompagne dans nos réussites comme dans nos détours inattendus, et c’est avec une grande affection que nous perpétuons les traditions et les habitudes qui ont bercé notre enfance grâce à elle, notre mère, essentielle.

En hommage à Sandro Botticelli