Qu'est-ce que le massage Kobi Yoko ? | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Le spa sera exceptionnellement fermé le mardi 26 octobre à partir de 20h.

Soins

Qu’est-ce que le massage Kobi Yoko ?

Considéré comme un massage dit « Découverte », le massage Kobi Yoko vise, à travers plusieurs techniques, à contrer entre-autres, le stress, l’insomnie et la fatigue. Explication de ses principes et bienfaits par notre massothérapeute, Janik Laurin.

Les principes du massage

Le Kobi Yoko de 90 minutes se concentre majoritairement sur le haut du corps. Massage des bras, de la nuque, et région cervicale, les manœuvres utilisées lors de celui-ci s’appliquent principalement au système nerveux. « Ce n’est pas en détente musculaire, comme lors d’un Suédois ou Tissus Profonds », indique Janik, massothérapeute au Bota Bota depuis maintenant 5 ans.

Effectué en plusieurs étapes précises, le Kobi Yoko travaille les méridiens, ceux du crâne et du front, mais aussi les sinus, autant du nez que des yeux, de façon à bien dégager le visage.

Ce massage s’applique aussi à redonner au visage une apparence plus douce et reposée, grâce aux nombreux mouvements concentrés sur les différentes lignes du visage que l’on peut aussi retrouver sur le cou et le décolleté.

Suite à un pétrissage aidé notamment à l’aide de bambous, des pierres de jade froides sont posées au long du haut du corps afin de clore le soin.

« Tout le monde devrait recevoir ce massage. À l’heure actuelle, je n’ai eu qu’un homme pour ce soin », regrette Janik. Bien que la majorité des femmes ayant reçu ce soin au Bota Bota soient des femmes à la peau plus mature, Janik insiste sur l’importance de le recevoir, peu importe l’âge ou le genre. « Les bénéfices sont les mêmes pour tout le monde ».  

D’un bateau à l’autre

Originaire des Laurentides, Janik Laurin est une des massothérapeutes à bord assermentées pour offrir le massage Kobi Yoko. À la fin de ses études de massothérapie, elle se lance dans une aventure de deux ans, riche en découvertes : celle des croisières.

« C’est énormément d’expérience en peu de temps, de la massothérapie 5 à 6 jours semaine », se souvient-elle. Métier qu’elle considère avant tout comme cérébral, la massothérapie requiert sans aucun doute de la patience et de la présence. « C’est un métier très spécial et intime. Mais c’est une des choses qui fait sa beauté, il faut savoir aimer les gens. Ce n’est pas juste faire du massage pour faire du massage », explique-t-elle.

L’Amérique du Sud, la Suède, l’Antarctique, le Mexique, les Antilles… Janik ne compte plus les terres incroyables qu’elle a pu fouler tout au long de ces deux années. Consciente de sa chance, elle s’applique aujourd’hui à partager ses récits et à exercer son métier avec amour et intelligence.

La magie d’une vie se reflète parfois dans ses chemins inattendus. Se retrouver sur un bateau une seconde fois est pour elle un signe très fort. « Je suis quelqu’un de très terre à terre, jusque dans mon signe astrologique (Taureau).  Travailler si proche de l’eau, c’est peut-être justement pour m’apporter un certain équilibre. Je crois beaucoup à la destinée et j’estime que ce n’est pas pour rien que je me retrouve une fois de plus sur un bateau ».  

Pour en savoir plus et réserver votre massage Kobi Yoko, cliquez ici.

*LE SAVIEZ-VOUS ?*
En mars 2020, le Bota Bota aura l’honneur de vous offrir un tout nouveau type de massage. Restez à l’affût !