Le restaurant La Traversée 2.0 | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Le 7 décembre, le spa et le service de réservation téléphonique seront exceptionnellement fermés à partir de 17h.

Gastronomie

Le restaurant La Traversée 2.0

Avec l’arrivée des beaux jours, et les nouvelles annonces de déconfinement du gouvernement, Thomas Engasser, propriétaire du restaurant La Traversée à bord du Bota Bota, se réjouit d’accueillir, de nouveau, les passagers à bord.   

Son accent chantant provençal annonce la couleur : le restaurant La Traversée fait peau neuve. Menu, carte des vins, décoration et vaisselle ont changé. « Nous souhaitions actualiser le tout, sans pour autant changer notre nom. L’idée était de nous donner une nouvelle identité visuelle ».

Du nouveau, dans les assiettes et dans les verres

Avec la dernière année qui vient de s’écouler, Thomas souhaitait repenser l’idée du partage. « Lorsque les gens viennent au Bota Bota, ils le font en couple ou entre amis, afin de partager une expérience. Je voulais que cette expérience se traduise aussi à La Traversée ». C’est ainsi qu’il repense ses plats avec Rita-Adèle Beaulieu, cheffe cuisinière sur place. Leur concept? Des assiettes à partager. Avec ce système, il est plus facile d’adapter les besoins de chacun : plats végétariens, pour soi, plus copieux ou à partager. Il y en a pour toutes les envies.

La carte des vins offre dorénavant un savant choix de vins biologiques d’importation privée, vins de macération, vins orange, sans oublier des vins « coquins » qui appellent aux retrouvailles et aux joies estivales. Certains vins sont issus de domaines québécois et d’autres font voyager au-delà de nos frontières; une incitation délicate à l’ailleurs, rythmée par les lentes vagues du fleuve.

Rita-Adèle Beaulieu, cheffe cuisinière et Thomas Engasser, propriétaire de La Traversée au Bota Bota, spa-sur-l'eau

Cuisiner local, avec le cœur

La Traversée s’investit localement en effectuant des collaborations avec des producteurs et restaurateurs du Québec. « Ça nous est apparu comme une évidence afin de mettre d’autres talents en avant. » Pour n’en nommer que quelques-uns, Mano Cornuto pour ses pâtes, Trip de Bouffe pour ses parfums libanais et Pascal le Boucher pour ses viandes d’exception. Par conséquent, La Traversée offre des plats accessibles et simples aux saveurs franches et saisonnières, aux goûts d’ici.

« Le tartare de truite reste un incontournable, et les plus gourmands seront ravis de savoir que nous servons maintenant des frites ! », annonce Thomas dans un rire.

Les tomates juteuses de la salade éponyme, quant à elles, proviennent de producteurs locaux et le fromage frais qui les accompagne est, lui, fait maison.

Le plat signature du restaurant reste le même : la tarte aux poivrons qui détient une place privilégiée dans le cœur de Thomas. « Cette recette en est une que ma mère me fait depuis que je suis tout petit », explique-t-il, une teinte d’émotion dans la voix. C’est ici que réside toute la raison d’être de La Traversée, offrir des recettes faites avec le cœur.

La salade de tomates au fromage frais, cuisinée au restaurant La Traversée au Bota Bota, spa-sur-l'eau

Le meilleur des deux mondes

De sa Provence natale, Thomas conserve les sonorités chantantes de sa langue maternelle et sa passion pour la cuisine. Né de parents restaurateurs, c’est avec une évidence sans équivoque que son chemin l’a mené sur les berges du Saint-Laurent, comme propriétaire du restaurant à bord du Bota Bota.

C’est ici qu’il se construit une équipe dont il est aujourd’hui très fier. « Je travaille avec des gens incroyables qui ont des bagages différents, qui viennent de partout dans le monde. Ils rendent mon quotidien professionnel très stimulant. Et puis je suis aussi fier d’être entouré de femmes dans les rôles clefs de mon entreprise : de la cheffe, à la gérante, en passant par la photographe, et les membres du marketing. Et bien entendu, Geneviève Emond, propriétaire du Bota Bota, spa-sur-l’eau, avec qui je travaille main dans la main depuis de nombreuses années. Les femmes apportent une certaine sensibilité qui est nécessaire dans une entreprise et c’est un plaisir d’évoluer à leurs côtés.» 

Arrivé il y a un peu plus de 10 ans au Canada, et détenteur de sa citoyenneté depuis un an, son parcours ressemble à celui de ceux qui s’éprennent d’un pays comme d’un premier amour : avec patience et passion.

« J’ai pleuré de tristesse le jour de mon départ, mais 10 ans plus tard j’ai la chance d’avoir trouvé des gens incroyables, des amitiés sincères, un restaurant merveilleux et… même une blonde québécoise ! J’ai compris que j’avais deux chez-moi. Je suis extrêmement chanceux, j’ai le meilleur de tout. Montréal c’est mon eldorado, c’est là où je me suis trouvé. »

Pour découvrir le menu de La Traversée, cliquez ici.