Défier le Saint-Laurent | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Le spa sera exceptionnellement fermé le mardi 26 octobre à partir de 20h.

Événements

Défier le Saint-Laurent

Le canot à glace est un sport résolument québécois. Autrefois, les canotiers jouaient un rôle crucial dans le transport de marchandises et de personnes d’une rive à l’autre du fleuve. Ils poussaient leur embarcation sur la glace, puis sautaient à l’intérieur pour ramer sur les eaux hostiles entre les blocs de glace, puis couraient à nouveau sur la surface glacée… C’est leur passion du métier qui, au fil du temps, a donné naissance à la discipline sportive qu’on connaît aujourd’hui.

L’ancrage de ce sport dans la tradition locale n’a pas manqué de susciter l’intérêt de Simon Lebrun d’Héritage Maritime Canada. L’organisme qui a pour mission de promouvoir le patrimoine maritime cherchait à rassembler les gens autour du fleuve Saint-Laurent à l’aide d’un projet. « On a appris qu’une course de canot à glace avait déjà eu lieu à Montréal, alors on a décidé de la faire revivre », raconte Simon.

C’est à ce moment qu’est né le Défi canot à glace Montréal, qui en est déjà à sa troisième édition cette année. Le circuit québécois compte donc maintenant sept courses, qui ont lieu à divers endroits du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Rimouski.

Celle de Montréal, la plus longue, est reconnue pour le caractère extrême de son circuit. Les athlètes doivent, à trois ou quatre reprises, parcourir un tracé qui passe par le courant Sainte-Marie, qu’on redoute pour sa force et sa rapidité et qui rend l’épreuve particulièrement hasardeuse. Simon rapporte même que l’entrée des embarcations dans ce courant provoque souvent des collisions qui, tout en étant sécuritaires, sont toujours spectaculaires!

Le public est invité à assister à la course que ce soit à partir d’un des nombreux quais ou du Parc de la Cité-du-Havre. Le Quai de l’Horloge constituera le centre d’activité principal de l’événement. Au menu : animation et commentaires de course, sculpture sur glace, location gratuite de raquettes, bouffe de rue et chocolat chaud.

Simon Lebrun ne cache pas son espoir de voir le sport grossir à moyen ou long terme. À son avis, si l’on se fie à l’exemple du Crashed Ice de Québec, l’obtention d’une notoriété plus importante passe par la diffusion à la télévision ou sur le web. Cela pourrait entraîner la formation de nouvelles équipes et créer un engouement autour de ce sport historique.

Il est donc très enthousiaste lorsqu’il parle de quelques projets ambitieux pour l’avenir du sport. Il serait question d’inviter tous les pays qui avaient un pavillon à l’Expo 67 à présenter une équipe pour une course spéciale lors du 40e anniversaire de 2017. Ce n’est pas impossible, puisqu’une équipe française, une équipe russe et une équipe américaine prennent déjà part aux événements. Simon rêve aussi à une course qui délaisserait le modèle de circuit et prendrait plutôt la forme d’un rallye sur glace entre Montréal et Sorel (par exemple), auquel les foules de chacune des villes longeant le Saint-Laurent pourraient assister tour à tour.

Simon Lebrun, son équipe et tous les athlètes du Défi canot à glace Montréal vous attendent au Quai de l’Horloge du Vieux-Port de Montréal le 21 février dès 11 h.

Pour suivre le Défi canot à glace Montréal :
Facebook : DefiCanotAGlaceMontreal
Twitter : @deficanotaglace)
Instagram : @deficanotaglace

Pour toutes les informations, incluant l’horaire complet, visitez le site web de l’événement : deficanotaglace.ca