Décembre / Geste bien-être #5: Lire un livre | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Visites sans rendez-vous acceptées pour le circuit d’eaux, mais réservations fortement recommandées en période achalandée, notamment le samedi.

Évasion

Geste bien-être #5: Lire un livre

Avec les vacances du temps des fêtes qui approchent, nous croyons qu’il s’agit du meilleur moment pour vous accorder une parenthèse bien-être. Quoi de mieux que de se plonger dans un bon livre et de sentir les pages qui tournent sous vos doigts pour y arriver? Voici nos suggestions de lectures, en collaboration avec Renaud-Bray & Archambault, parfaites pour vous aider à hiberner.

Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d’un savoir immémorial. Mais la société et la culture ont trop souvent muselé cette « Femme sauvage » afin de la faire entrer dans le moule réducteur des rôles assignés. Psychanalyste et conteuse, fascinée par les mythes et les légendes, auteur également du Jardinier de l’Eden, Clarissa Pinkola Estés nous propose de retrouver cette part enfouie, pleine de vitalité et de générosité, vibrante, donneuse de vie. À travers des « fouilles psycho-archéologiques » des ruines de l’inconscient féminin, en faisant appel aux traditions et aux représentations les plus diverses, de la Vierge Marie à Vénus, de Barbe-Bleu à la petite marchande d’allumettes, elle ouvre la route et démontre qu’il ne tient qu’à chacune de retrouver en elle la Femme sauvage.

Best-seller aux États-Unis, ce livre exceptionnel est destiné à faire date dans l’évolution contemporaine de l’identité féminine.

Partir — peu importe la destination.
Fuir — échapper au pire, même si c’est aller vers le médiocre.

Voilà qui semble être l’incessant parcours d’Emmy. Autant son passé est léger en informations, autant il pèse lourd sur le présent de cette femme archidiscrète qui ne se plaint jamais de rien. Qui ne réclame jamais rien.
Et pourtant, personne ne sait mieux qu’elle prendre soin des délaissés et des esseulés de la terre. De ceux qui n’attirent plus le regard ou l’attention des bien portants.
Ces désertés que la société isole dans des conditions minimalistes.
Jacky, une des personnes affaiblies dont s’occupe Emmy, s’avère une alliée inattendue. C’est avec un regard respectueux et perçant qu’elle observe la préposée aussi efficace que silencieuse.
Sans Jacky, cette batailleuse acharnée qui sait clouer le bec aux mensonges et démolir les préjugés, cette femme qui ne craint plus rien, sans Raymonde et ses trésors culinaires parfaitement à l’image de son humanité, que serait le destin d’Emmy, cette femme étrange et pourtant si attachante, cette femme venue du fond noir de notre passé, celle dont même le prénom provient d’un malentendu?
Avec ce roman plus poignant que jamais, Marie Laberge nous happe et, d’un trait vif, nous propulse au cœur des ténèbres et au-delà, dans un récit qui suscite en nous l’étonnement, l’impuissance, la révolte, mais surtout l’espoir.

Une femme préparant le dîner de son anniversaire de mariage, tombe sur une petite annonce. Après l’avoir lue, elle décide de tout laisser et prend sa voiture. Elle se rend à Gênes, en Italie, où elle retrouve son premier amour. Marié, celui-ci est devenu amnésique.

C’est son épouse qui a rédigé la petite annonce, afin de faire ressurgir le passé de sa mémoire.

Une île, dans l’archipel du Chien. Une petite communauté d’hommes vit de la pêche, de la vigne, des oliviers et des câpriers, à l’écart du fracas du monde. Jusqu’au jour où trois cadavres s’échouent sur ses rives. Bousculés dans leur tranquillité, les habitants se trouvent alors face à des choix qui révèlent leur nature profonde, leur petitesse et leur égoïsme.

À l’été 1968, Jean, un petit garçon de 6 ans plein d’énergie, est confié à sa grand-mère Lucette, qui mène une vie paisible et routinière. De caractères très différents, ils apprennent à se découvrir en attendant le retour de la mère de l’enfant.

« Chacun de nous est à la fois impossible et inévitable. Chaque arbre majestueux a d’abord été une simple graine qui a su attendre son heure. »

Ce livre est une multitude. Il est une célébration du génie végétal qui changera à jamais votre façon de voir le monde. Il est le témoignage autobiographique intime et passionné d’une femme qui s’est battue pour devenir ce qu’elle est et s’imposer comme scientifique dans un monde dominé par les hommes. Il est aussi le portrait émouvant d’une indéfectible amitié entre deux êtres surdoués et fragiles. La géobiologiste Hope Jahren y retrace son parcours, de ses premiers jeux dans le laboratoire de son père au Minnesota jusqu’à ses voyages de terrain avec Bill, son fidèle et brillant collègue, à travers les États-Unis, l’Irlande et la Norvège. Les histoires qu’elle raconte sont des preuves que la curiosité, le travail et l’enthousiasme peuvent déplacer des montagnes.
Viscéral, lumineux et plein d’humour, c’est un plaidoyer pour l’environnement sous forme d’invitation à l’émerveillement et à la connaissance.

En 1994, dans une petite station balnéaire des Hamptons, le maire, sa famille et un témoin sont assassinés. L’enquête est confiée aux jeunes policiers Jesse Rosenberg et Derek Scott. Le meurtrier est tué lors de son arrestation. Vingt ans plus tard, alors que Jesse fête son départ de la police, Stephanie Mailer, une journaliste, vient le trouver et lui affirme que le meurtrier n’était pas le bon.

Bonne lecture!