Conseils de pro pour combattre le décalage horaire | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Visites sans rendez-vous acceptées pour le circuit d’eaux, mais réservations fortement recommandées en période achalandée, notamment le samedi.

Évasion

Conseils de pro pour combattre le décalage horaire

Vous atterrissez en France pour un voyage de ski dans les Alpes et vous êtes impatient d’aller reproduire les figures que vous avez vues à Sotchi. Mais au moment où vous arrivez au sommet, la réalité vous rattrape : vous avez le coup de barre du siècle. Lorsqu’on voyage, les effets du décalage horaire peuvent être très pénibles. Heureusement, il existe des moyens de les contourner. Voici quelques conseils d’experts en matière de voyage.

Laura Osborne, rédactrice principale pour le magazine enRoute
« L’exercice est essentiel pour aider votre corps à s’adapter à un nouvel environnement. Si je n’ai pas le temps de m’adonner à une séance d’entraînement complète, j’essaie de trouver des façons créatives de bouger un peu. Par exemple, j’utilise l’escalier, ou je marche au lieu de prendre un taxi. De plus, ça me permet de prendre mes repères plus rapidement! »

Bruno-Carl Gagnon, agent de bord pour Air Canada
« Un de mes trucs est de bien manger avant et après le vol, plutôt que dans l’avion. Quand je ne travaille pas, j’essaie de dormir autant que possible pendant le vol. Ainsi, je suis plus reposé au moment d’atterrir, et je m’adapte plus rapidement à l’heure locale. Pour m’aider à dormir dans l’avion, je prends parfois de la mélatonine – un relaxant naturel. »

Tony George, fondateur de GetARoom.com
« Reposez-vous le plus possible avant votre voyage et essayez d’adapter légèrement vos heures de sommeil en fonction du fuseau horaire de votre destination. Une fois sur place, restez éveillé jusqu’à une heure raisonnable pour aller au lit. Peu importe comment vous vous sentez, ne vous couchez surtout pas en arrivant! Sinon, votre corps ne parviendra pas à s’adapter à l’heure locale. »

Doug Morris, pilote pour Air Canada
« Buvez beaucoup de liquides non alcoolisés. Chaque membre de l’équipage se voit allouer un litre d’eau par quart de huit heures de travail. J’essaie de boire beaucoup d’eau pendant le vol et je termine mes bouteilles pendant les escales. Dans l’avion, j’essaie d’éviter les diurétiques, comme le café et les boissons gazeuses. Mais parfois, un petit café m’aide à tenir le coup! »

Patrick Smith, pilote et blogueur pour AskThePilot.com
« Pour l’équipage, le terme “décalage horaire” peut être assez ambigu. Pour ma part, je parlerais plutôt d’une fatigue générale qui accompagne souvent les vols de long courrier. Pour combattre cette fatigue, reposez-vous avant votre voyage, et évitez les excès d’alcool et les repas lourds. Cela dit, la physiologie de chacun est bien différente! »