Massothérapeute? Rejoignez Bota Bota! | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Visites sans rendez-vous acceptées pour le circuit d’eaux, mais réservations fortement recommandées en période achalandée, notamment le samedi.

Bota Bota

Massothérapeute? Rejoignez Bota Bota!

Saviez-vous que Bota Bota compte près de 115 massothérapeutes? Travailleurs autonomes, tous formés, diplômés et agréés par leur ordre professionnel, ils sont aux manœuvres au quotidien pour le bien-être de nos passagers.

Vous souhaitez nous rejoindre? Apprenez-en plus sur le travail à bord au travers des entrevues croisées de Jessica et Pascal, massothérapeutes, et d’Arnaud Gaston, directeur soins et optimisation au Bota Bota et également massothérapeute de formation.

Comment vous êtes-vous destinés à la massothérapie ?

Pascal : Jeune adulte j’ai commencé des études de théâtre, et j’ai compris l’importance de connaitre son corps pour mieux incarner un personnage. J’ai alors commencé à m’intéresser à la massothérapie et j’ai compris qu’elle deviendrait une discipline très complémentaire de mes activités artistiques. J’ai rejoint l’institut montréalais Kiné-Concept dont je suis sorti diplômé. Depuis, j’ai la chance de m’épanouir en tant que comédien et massothérapeute. Finalement, ces deux métiers se nourrissent l’un l’autre, et j’aime la liberté qu’ils m’apportent.

Jessica : Alors que je me projetais dans ma vie professionnelle, je cherchais un domaine d’activité facile. De facile, la massothérapie n’avait que l’apparence, car lors de ma formation de 2200 heures dans un collège privé de Toronto, j’ai découvert que le métier sollicitait de grandes ressources physiques et intellectuelles. C’est lors d’un stage où étaient prises en charge des personnes atteintes de sclérose en plaques et de VIH que j’ai eu un véritable déclic. L’impact que j’avais en aidant ces personnes m’a bouleversé. En allégeant leurs symptômes, j’avais l’impression de faire une réelle différence dans leur vie pendant l’heure de massage que je leur consacrais.

Arnaud : J’ai toujours été tactile et attentif à mon bien-être et celui des autres. Naturellement, je m’orientais vers un métier de coaching ou de massothérapeute. J’ai choisi la massothérapie car j’étais sensible à la réputation de l’acte thérapeutique. Dans tous les cas, je voulais accéder au statut de travailleur autonome que ce métier allait m’offrir par la suite. J’ai donc entamé une formation à l’Académie de Massage Scientifique de Montréal avec une formation totalisant 1000 heures en massothérapie et kinésithérapie, puis j’ai complété mon cursus avec une formation en orthothérapie de 200 heures.

Quelle est votre technique favorite ?

Pascal : Curieux de nature, j’ai souhaité me qualifier pour des techniques variées telles que le massage prénatal, le massage tissus profonds, ou encore le massage utilisant des coquillages chauffants… Même si je reconnais les bienfaits des massages à dominante énergétique, ma préférence porte sur les techniques thérapeutiques car je suis sensible à leur approche bio mécanique, dont le massage pression forte est l’illustration notamment.

Jessica : J’aime le fait que la massothérapie soit non seulement bonne pour la relaxation, mais aussi vertueuse sur l’organisme puisqu’elle contribue, entre autres, au renforcement du système immunitaire, à la circulation sanguine et au soulagement des douleurs musculo-articulaires. C’est pour cela que le massage suédois est mon favori. C’est un massage très complet en termes de manœuvres et de bienfaits sur le client. D’ailleurs, la plupart des techniques complémentaires bio-mécaniques dérivent de la technique suédoise, c’est une bonne base.

Arnaud : Je connais huit techniques pour lesquelles j’ai suivi 10 à 40 heures de formation pour chacune dont les massages lomi lomi, femme enceinte ou encore tissus profonds. Néanmoins, j’ai une préférence pour les massages biomécaniques et plus spécialement pour le massage thérapeutique. En agissant en profondeur sur les articulations et le système bio squelettique, ce massage est tout particulièrement indiqué pour libérer les tensions.

Quels sont les avantages à travailler au Bota Bota pour un massothérapeute ?

Pascal : Cela fait 8 ans que je travaille au Bota Bota. J’adore le concept unique de ce spa flottant et la vue incroyable qu’il offre sur le Vieux-Port, je ne m’en lasse pas! Et puis ici, mon statut de travailleur autonome est pleinement respecté, et on ne me tient pas rigueur de ne pas être disponible toutes les fins de semaines ou en soirée. J’aime vraiment l’organisation humaine de Bota Bota. Je me suis fait de véritables amis, et j’apprécie l’ambiance de travail avec les agents de bord. Et puis j’adhère parfaitement aux conditions offertes en tant que massothérapeute : je choisis ma musique, je dispose d’une table confortable, le protocole est précis et clair. J’ai eu l’occasion de travailler pour d’autres spas, et je confirme que Bota Bota offre de loin les meilleures conditions!

Jessica : L’avantage majeur est la flexibilité offerte pour les travailleurs autonomes.  Je suis libre de choisir quand travailler, et j’apprécie qu’il n’y ait pas de subordination mais plutôt un respect mutuel pratiqué par tous. L’ambiance de travail au Bota Bota est très bonne, et le lien avec les collègues l’est tout autant! En plus, Bota Bota multiplie les bonnes intentions dont le party de fin d’année, un rendez-vous immanquable!

Arnaud : Au Bota Bota, nous respectons le statut du travailleur autonome. Nous ne donnons pas d’obligation de disponibilité, et ne pratiquons pas d’évaluation de la performance. Les massothérapeutes plébiscitent le cadre de vie, et le fait d’avoir une clientèle touristique et de quartier qu’ils ont l’opportunité de fidéliser. Et puis parmi les avantages, il y a les rabais sur le circuit d’eaux et les soins!

Quel conseil donneriez-vous à un massothérapeute qui souhaiterait exercer au Bota Bota ?

Pascal : Je dirais que l’écoute du client et le savoir-être sont des qualités indispensables pour travailler au Bota Bota. Ensuite, en tant que massothérapeute, il faut savoir écouter son corps et son cœur, et connaitre ses limites pour donner le meilleur de soi. Recevoir des massages régulièrement est aussi une précieuse clé pour en comprendre l’enjeu sur le bien-être et la condition physique.

Jessica : Je conseillerais tout d’abord de commencer à son rythme. Le Bota Bota est un spa très populaire et l’on sait que toutes les disponibilités fournies en tant que massothérapeute seront réservées. Il me parait important de profiter des avantages proposés aux massothérapeutes pour recevoir eux-mêmes un massage, une façon de connaitre son corps en continu. Et puis, faites confiance au Bota Bota, c’est un très bel environnement de travail!

Arnaud : Pour les appels de services, nous recherchons des massothérapeutes qui ont une belle approche de la clientèle, nous évaluons la façon dont les besoins sont ciblés et le style de massage pratiqué. Au Bota Bota, nous aimons que le massage soit englobant, fluide, et que le soin soit mémorable. Nous sommes très attentifs à la dimension émotionnelle du massage. Le meilleur exemple est le massage lomi lomi nui, un soin d’exception qui libère l’émotion des clients. Alors si vous partagez cette philosophie, rejoignez-nous!