Déjà 5 ans à flotter! | Bota Bota, spa-sur-l'eau

Le circuit d’eaux et le restaurant sont fermés pour une durée indéterminée, mais la massothérapie et les soins esthétiques demeurent disponibles.

Bota Bota

Déjà 5 ans à flotter!

Témoignage d’un employé de longue date

Lorsque Francis Flahault est allé faire un tour au Bota Bota pour la première fois il y a quatre ans, c’était seulement pour y jeter un coup d’œil. Lorsqu’il vit une affiche « on recrute », il a tenté sa chance. Et il a bien fait. Après plusieurs années à occuper le poste d’agent d’accueil, il a récemment été promu au titre de superviseur à l’hospitalité. Alors que le Bota Bota célèbre son cinquième anniversaire, qui de mieux pour nous en dresser un petit compte rendu?

D’abord, on s’en doute, si Francis est toujours à l’emploi du spa-sur-l’eau, c’est parce qu’il affectionne particulièrement l’endroit. « L’interaction avec la clientèle est ma partie préférée », confie-t-il. Il dit tirer une immense satisfaction de voir des gens qui, après être entrés visiblement stressés, ressortent avec un sourire serein accroché aux lèvres. « C’est extrêmement valorisant » s’empresse-t-il d’ajouter.

Évidemment, les lieux ont un peu changé depuis son arrivée à bord. La famille Émond cherche toujours à améliorer le spa, à ajouter de nouvelles installations, rapporte-t-il. La plus importante de ces nouveautés a évidemment été les Jardins Bota Bota, qui furent inaugurés en mai dernier.

Selon les dires de Francis, cette nouvelle section a été accueillie à bras ouverts par les clients, qui ont été plus nombreux que jamais l’été dernier (le Bota Bota affichait complet par moments) et qui ont multiplié les bons commentaires.

La clientèle elle-même ne semble pas avoir changé outre mesure. Elle se compose principalement de Montréalais ainsi que de touristes (à qui il faut parfois rappeler que le maillot de bain est de mise!). Si la clientèle est de tous les âges, elle s’avère généralement un peu plus jeune de soir, vu les spéciaux sur les circuits d’eaux.

Par ailleurs, Francis confie que l’équipe du Bota Bota cherche à ce que le spa devienne un véritable sanctuaire pour les Montréalais. Le désir de l’équipage est que le Bota Bota fasse partie du tissu culturel de la métropole, de manière à ce que l’hydrothérapie s’immisce dans les habitudes de ses résidents.

Et pour l’avenir? Après avoir annexé une barge au bateau principal, on en est à réfléchir sur la manière dont elle sera mise à profit pour le bien-être des visiteurs. Selon Francis, comme la clientèle des spas est plus informée qu’avant, comme elle connaît bien la culture qui les entoure, il faut toujours lui en offrir plus. C’est pourquoi le Bota Bota cherche constamment à évoluer et à raffiner ses services.

Où en sera le Bota Bota au moment de souffler ses dix bougies? Voilà qui reste à voir. D’ici là, venez faire un tour à bord!